Le second pilier de la Liste verte se décline en 11 indicateurs :

Critère 2.1

Identifier les valeurs principales du site

Critère 2.2

Concevoir le site pour une conservation à long terme des valeurs principales

Critère 2.3

Comprendre les menaces et les défis qui affectent les principales valeurs du site

Critère 2.4

Comprendre le contexte social et économique

Ind. 2.1.1. Le site répond à la définition de l’UICN d’une aire protégée et / ou est reconnu comme une aire conservée (voir la définition en bas de page).

Ind. 2.1.2. Le site a été enregistré et l’une des six catégories de gestion des aires protégées de l’UICN, lui a été correctement attribuée, ou le site a été enregistré comme une « autre mesure de conservation efficace par zone », et l’un des quatre types de gouvernance de l’UICN lui a été attribué dans la Base de données mondiale des aires protégées du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (WDPA).

Voir en bas de page les six catégories de gestion des aires protégées identifiées par l’UICN.

Ind. 2.1.3. Existence d’un plan de gestion (ou tout autre document équivalent) en cours de mise en œuvre pour orienter les priorités et les activités de gestion propres au site.

Ind. 2.1.4. Les valeurs naturelles, relatives aux services écosystémiques et culturelles principales sont bien identifiées, et actualisées et leur description précise le degré de responsabilité de l’aire protégée dans les documents de création, de gestion ou autre document équivalent.

Ind. 2.2.1. L’aire protégée est suffisamment cohérente et connectée à d’autres habitats naturels ou écosystèmes afin d’atteindre les buts et objectifs des principales valeurs de l’aire protégée.

Ind. 2.2.2. L’aire protégée fait partie d’un réseau de conservation identifié qui est conçu pour répondre aux objectifs de la représentation, de la réplication, de la connectivité et de la résilience. Elle est intégrée dans le paysage institutionnel terrestre ou marin (c’est-à-dire faisant partie d’une politique locale / régionale / nationale / internationale).

Ind. 2.2.3. L’aire protégée est désignée pour conserver les espèces et les habitats patrimoniaux. Les enjeux sont bien connus, cernés, écrits dans un document. 

 

1) Lorsque la valeur principale est relative à la conservation d’espèces :

– Sont présents dans l’aire protégée l’ensemble des habitats nécessaires au maintien de populations d’espèces viables et de leur cycle de vie (par exemple, zones de reproduction, d’hivernage, voies de migration, etc.)

  • L’aire protégée est suffisamment grande et bien connectée afin de maintenir des populations d’espèces viables et des processus écosystémiques sur le long terme.

 

OU lorsque la distribution des espèces est trop large pour être protégée par une aire protégée :

  • L’aire protégée est conçue afin de protéger une ou plusieurs étapes du cycle de vie de l’espèce (par exemple, zones de reproduction, d’hivernage, voies de migration, etc.),
  • La surface de l’aire protégée est suffisamment importante pour recouvrir les habitats naturels clefs nécessaires aux étapes du cycle de vie des espèces,
  • L’aire protégée est bien connectée à d’autres aires protégées ou gérées qui recouvrent les habitats naturels dont les espèces ont besoin pour compléter leur cycle de vie.

 

2) Lorsque la valeur d’un site majeur est la conservation d’un type d’habitat:

  • Le site est désigné dans l’aire de répartition naturelle du type d’habitat.
  • Le site contient un assemblage d’espèces indigènes caractéristique du type d’habitat.

 

3) Lorsque la valeur principale du site est « d’intégrité écologique » :

  • Le site contient un ensemble d’espèces indigènes et des écosystèmes types caractéristiques localement, associés à des processus écologiques et systèmes trophiques intacts.
  • L’aire protégée est suffisamment grande et bien connectée afin de maintenir des populations d’espèces viables et des processus écosystémiques sur le long terme.

Ind. 2.3.1. Les menaces, pressions, facteurs d’influence et leurs conséquences potentielles sur les valeurs clés sont référencés dans les documents de gestion, comprises et documentées, et leur emplacement, étendue et gravité sont décrits de façon suffisamment détaillée pour permettre une planification et une gestion efficaces pour y remédier.

Ind. 2.3.2. L’impact probable du changement climatique sur les principales valeurs a été évalué et documenté.

Ind. 2.4.1. La conception, l’existence ou la gestion de l’aire protégée peuvent agir ou affecter (positivement ou négativement) les caractéristiques sociales, économiques et culturelles locales. Ces effets ont été évalués, documentés et pris en compte dans le plan de gestion (ou tout autre document équivalent).

Ind. 2.4.2. Les bénéfices et les impacts sociaux, économiques et culturels ont été pris en compte dans l’élaboration des buts et objectifs de gestion de l’aire protégée. Ils sont disponibles dans le plan de gestion (ou tout autre document équivalent).

Ind. 2.4.2. Les bénéfices et les impacts sociaux, économiques et culturels ont été pris en compte dans l’élaboration des buts et objectifs de gestion de l’aire protégée. Ils sont disponibles dans le plan de gestion (ou tout autre document équivalent).

Définition d’une aire protégée selon l’UICN :

 « Une aire protégée est un espace géographique clairement défini, reconnu, spécialisé et géré par des moyens légaux ou d’autres moyens efficaces, visant à assurer la conservation à long terme de la nature »

Les six catégories de gestion des aires protégées de l’UICN sont les suivantes :

I.    Protection intégrale : Ia) Réserve naturelle intégrale et Ib) Zone de nature sauvage

II.   Conservation de l’écosystème et protection (p.ex. Parc national)

III.  Conservation d’éléments naturels (p.ex. Monument naturel)

IV.  Conservation par une gestion active (p.ex. Aire de gestion des habitats / espèces)

V.   Conservation d’un paysage terrestre / marin et loisirs (p.ex. Paysage terrestre /  marin protégé)

VI.  Utilisation durable des écosystèmes naturels (p.ex. Aire protégée de ressources naturelles gérée)

Pour information, les six catégories de gestion identifiées par l’UICN sont détaillées dans le guide suivant :

 

Dudley, N. (Éditeur) (2008). Lignes directrices pour l’application des catégories de gestion aux aires protégées. Gland, Suisse : UICN. x +96pp.